Alain Clochard Photography

Qui suis-je ?

Genouilly village d’art ? Connu dans le Berry pour son riche passé historique, Genouilly peut maintenant s’enorgueillir d’avoir dans ses murs un grand nombre d’artistes qui ont choisi ce petit bourg pour y résider. Parmi eux un photographe d’art, Alain Clochard. Il s’est spécialisé dans le nu féminin…

 photo026    Une fois la porte refermée, il ne faut pas attendre bien longtemps pour qu’un extrait de poème de Paul Eluard soit murmuré:

 Je suis devant ce paysage féminin
Comme un enfant devant le feu
Je suis devant ce paysage féminin
Comme une branche dans le feu.

Rencontrer Alain Clochard se mérite… Tout au bout du village, un petit chemin bucolique mène à sa résidence: une fermette enfouie dans le feuillage et les fleurs, la fierté de Danielle son épouse.
Cet artiste modeste et discret qui cache un sourire plein de douceur derrière sa barbe blanche confie qu’il est autodidacte. Et se qualifie même de photographe amateur.
En souriant, il narre ses débuts de photographe qui ont commencé par une anecdote amusante…
« C’est à l’armée se remémore t-il que j’ai commencé à faire des photos et cela a failli me coûter la prison ! J’avais découvert un labo photo, alors inutilisé et j’y passais tous mes temps libres. Mes tirages ont intéressé le commandant qui m’a proposé de prendre des photos pour décorer les murs de la caserne. Muni de mon Icarex, je suis allé de bon matin à la recherche de beaux paysages et n’ai pas répondu à l’appel ! Inutile de vous conter la suite….. Je ne sais pas si mes photos ont recouvert les murs de la caserne mais, pour moi, débutait une vraie passion. En rentrant de l’armée je me suis rendu à la Maison de jeunes de Vierzon où j’ai créé un club photo. Je l’ai animé de nombreuses années et y ai rencontré Rémy Duroir, le créateur du musée photo à Graçay.» Et l’artiste de continuer, toujours aussi volubile: « Vous savez sourit-il, la photographie est un art inépuisable. J’ai abordé tous les thèmes tels que portraits, paysages, natures mortes avant de m’intéresser au nu artistique. J’ai commencé à photographier le corps humain en choisissant le plus beau, celui de la femme, un monument de courbes, de lignes et de volume d’une pureté unique, incomparable et propre à chacune. Le plus difficile était de trouver des modèles et de les convaincre de poser. J’ai tout de même réussi. J’ai fais des centaines de photos avant de découvrir celle qui a été le déclic, celle dont je pouvais dire : c’est cela que je veux faire.»
Depuis Alain Clochard ne s’est plus arrêté. Il travaille toujours en noir et blanc avec son Rolleiflex. Les « top-modèle » ne l’intéresse pas forcément, il préfère les femmes rondes. L’âge lui importe peu. « Je n’ai pas de critère » avoue t-il.

L’éclairage doit être précis. Un seul spot éclaire le modèle qui se déplace au ralenti « avec naturel pour mettre en valeur la gestuelle, suggérer les lignes, être au plus près de la forme et de la géométrie sculpturale de la femme ».

Il ajoute qu’après les séances de photos, il a besoin de faire une pause qui peut s’avérer très longue. «Plusieurs mois peuvent s’écouler avant que je développe mes pellicules et numérise chaque photo » dit-il. «Le tri est long à faire, je suis très difficile dans mes choix. Je travaille ensuite longuement chaque photo gardée et ce jusqu’à ce que j’atteigne ce qui est pour moi la perfection. Je veux transcender le corps de la femme pour qu’il soit vu différemment que par le classique regard masculin», affirme ainsi Alain Clochard.

Soudain pensif, il avoue avoir peur quelquefois d’arriver au bout de cette passion qui l’anime mais très vite, il se reprend en déclarant qu’heureusement, « chaque corps est différent et que tous lui apportent un renouveau qui relance à chaque fois son appétence . Ainsi les images de cette artiste sont uniques et d’une beauté sculpturale confondante. Les lignes du corps, nimbées par la lumière, se découpent sur le noir en formant des abstractions harmonieuses. Sont talent est d’ailleurs reconnu à l’étranger: Alain Clochard non seulement exposé dans de nombreuses villes de France, mais également au New York Coliséum (Etats-Unis) et au Palais de Congrès (Québec).
Palme: Il a  également reçu le premier diplôme d’honneur au concours national d’art plastique A.N.L.A.M. Association Nationale Lettre . Art . Musique de Vichy et une médaille d’argent au Grand prix de France organisé par l’Ordre des Artistes Créateurs Français de Moulins. Joli palmarès…..

Puis, une rencontre importante,

« Au cours de cette période j’ai rencontré un très grand et généreux artiste, sculpteur, peintre, dessinateur, Monsieur Claude Alard, il m’a encouragé dans cette voie et entrainé dans de nombreuses expositions en France et à l’étranger qui m’ont permis d’acquérir cette reconnaissance de mon travail, Merci Claude « .

AbstractionSpatiale3Les photos de nus ne sont plus maintenant la seule passion de cet artiste Il décidé de faire de la macro photo avec son 24×36 muni d’un soufflet macro .
Mais, pour lui, la facilité n’est pas de mise. Il s’est mis en tête de photographier des éclats de verre, des parties de pellicules, de la gélatine ou des plastiques fondus éclairés de projecteurs de couleurs. Il se sert ensuite de produits chimiques pour créer une réaction sur le négatif. Chaque vue est un éclatement de couleurs qui coulent, se mélangent, quelquefois semées de bulles d’air. Le résultat est magique !

Ces photos ont fait l’objet d’un diaporama, très applaudi, qui été projeté au musée de la photo de Graçay. A quand une exposition ? Elle permettrait au plus grand nombre de découvrir cette symphonie abstraite et étonnante écrite par cet artiste atypique qui ne cesse de faire appel à notre imaginaire.

Solange Fabre